Index du Forum
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

L'histoire d'une famille, les Brown.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Dofus -> La salle des rêves
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sugar
Plumeur de tofus

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2007
Messages: 10
Pseudo: Sugarh
Classe: Crâ

MessagePosté le: Mar 4 Sep - 13:56 (2007)    Sujet du message: L'histoire d'une famille, les Brown. Répondre en citant

L'histoire d'une famille, les Brown.

Alors voili voilou, cela fait un moment que j'ai envie d'écrire l'histoire de mes personnages, vous vous rendrez vite compte que ce n'est pas vraiment du RP mais plus un roman ( en supposant que vous ayez le courage de lire ^^ ).
En effet tous mes personnages font parti d'une même famille :p

Je le poste ici, en esperant que des personnes le liront et feront des commentaires dessus. Un "c'est nul" ou un "c'est super" ne m'aidera pas vraiment à avancer, ainsi j'aimerai que vous me dites ( toujours pour ceux qui auront le courage de lire parce que c'est loooong) ce que vous en pensez.

Je commence tout de suite en postant le premier chapitre qui raconte la tragédie de l'enfance du père de la famille. J'ai ecrit que celui la pour l'instant...

Je m'escuse d'avance des doubles posts que je vais faire.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 4 Sep - 13:56 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sugar
Plumeur de tofus

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2007
Messages: 10
Pseudo: Sugarh
Classe: Crâ

MessagePosté le: Mar 4 Sep - 18:12 (2007)    Sujet du message: L'histoire d'une famille, les Brown. Répondre en citant

Chapitre 1 -- Au commencement


Tout commença par une belle matinée sur la province d’Amakna. Le vent sifflait sur les plaines, ébouriffant la laine des bouftous joyeux devant cette magnifique journée. Tel commençait l’été à Amakna en ce moi de Joullier.
Peu à peu, les routes se remplirent de leurs habituels passants, chevauchant leur dragodinde ou à pied ; les marchands installèrent leurs stands et magasins. Les chasseurs partirent chercher du sanglier tandis que les pécheurs hameçonnaient leurs cannes à goujon, bref, une journée normale s’annonçait.
Quand apparurent mystérieusement, deux personnes encagoulées au bout de la route…
« -Tu dis qu’il est dans ce trou perdu, Malle ? dit l’une d’elles.
- Tu doutes de mes sources Hyoten ? répondit l’autre d’une voix grave, forçant le respect.
- Non, mais simplement… un artiste tel que lui… dans une contrée comme cela... je ne m’imaginais pas ça du tout.
- Il se cache, c’est indéniable. Mais de quoi se cache-t-il ? Des démons ? Ou bien…
- Des anges ? S’étonna Hyoten.
- Ce n’est pas à exclure. Bien qu’il soit ange lui-même, cela ne doit pas être très agréable de se faire exploiter son talent.
- Il est si doué que ce que l’on raconte ? »
Ils marchaient à présent au milieu de la route, ne prêtant guère attention aux regards étonnés des passant qui se retournaient sur leur passage.
« - C’est le meilleur de notre génération, répondit Malle d’une voix calme, et il a créé par forge magie des dagues monstrueuses…
- Oui j’en ai entendu parler, on les surnomme…
- Les Dagues Cruelles, termina Malle.
- C’est cela, elles confèrent au porteur des pouvoirs phénoménaux. »
Ils ne prêtaient aucune attention aux murmures qui s’élevait maintenant. Ils se contentaient de marcher à allure lente, mais d’un pas sûr.
« - Ils sont pitoyables…
- Halte étrangers ! »
Une voix forte se fit entendre. Les deux étranges personnages se tournèrent vers un homme vêtu d’une armure argenté, une lance fermement tenue dans sa main.
Pendant un instant, il sembla que le garde sentait les deux individus. Il reprit alors la parole :
« -Vous êtes en territoire neutre ici… et vous n’êtes pas les bienvenues. »
Malle sembla surpris et eu un rictus.
« -Et bien Hyoten, dit-il, ce bonhomme a du flair.
- Je suis le gardien de ses terres et je protège les honnêtes gens. Retournez dans votre sombre contrée, démons ! »
La foule qui s’était arrêté voir qu’elle était l’animation étouffa une exclamation.
« -Dire que Brackmar est sombre serait complimenter notre cité, dit calmement Malle. Puis il ajouta : sortons-les Hyoten.
- Ici ? Demanda-t-il d’une voix qui trahissait une légère inquiétude.
- Oui maintenant, se contenta de dire Malle. »
Ils s’exécutèrent. Malle enleva doucement son capuchon de sa tête et laissa apparaître un visage balafré et mauvais, au crâne rasé. Il laissa ensuite glisser sa cape sous le regard ébahie du garde. ..
Les cris de peur et d’exclamation des villageois ne firent pas assez de bruit pour couvrir le son de déploiement des ailes de Malle. Deux immenses ailes rouges semblables à celles d’une chauve-souris apparurent, des cornes d’un blanc apeurant au bout de chacune d’elles.
Hyoten à son tour enleva sa cape, laissant apparaîtrent des ailes tout aussi rouge sanglant, mais nettement plus petite.
Le garde recula d’un pas.
« - Arrière démons ! Vos ailes reflètent toute votre malsaine provocation ! Ou je serai forcé d’utiliser la force ! »
Hyoten éclata de rire.
« - Je rêve ou tu nous donne un ordre, misérable ? Tu n’est pas en position de décider de quoique ce soit.
- Et à moins que tu te nommes Etuwan tu ne nous sers à rien. »
Les murmures reprirent de plus belles dans la foule à présent qui s’était agrandie, formant un cercle autour de la scène.
« -Tu parles trop vite Malle, nous pourrions lui demander où il se trouve…
- Jamais je ne… commença le garde.
- Pas la peine, coupa Malle, je sens une présence angélique dans les environs. »


Un garçon était confortablement allongé dans son lit, il se leva et alla ouvrir les volets de sa chambre. C’était une journée magnifique, idéale pour l’évènement. Car aujourd’hui n’était pas un jour comme les autres, en effet Akira aurait 17 ans.
Il se regarda dans son miroir et vu une tête encore endormie. Ses longs cheveux noirs lui tombaient presque sur les épaules. Il prit un élastique et attacha son habituelle queue de cheval.
Le jeune homme descendit les escaliers d’un pas joyeux et se retrouva nez à nez avec son père. D’une silhouette massive et robuste, il était petit et barbu mais pourtant gardait un air sage et intelligent sur son visage. Il portait un tablier d’artisans sale et usé par le temps.
Il adressa à son fils un sourire resplendissant.
« - Joyeux anniversaire mon garçon ! »
Pour tout remerciement, Akira se jeta dans ses bras.
« - Alors que veux tu faire aujourd’hui ? demanda simplement le père.
- Tu le sais très bien pourquoi pose tu la question ?! Dit le jeune homme.
- Je ne sais pas si…
- Tu as promis Papa ! »
Il s’échappa de l’étreinte de son père.
« - Tu m’a dit que quand j’aurais 17 ans tu me les enseignerai ! »
Le père pris une longue inspiration. Akira connaissait cette attitude, il devait s’attendre à une longue leçon de morale soporifique qui n’aboutirait toujours qu’à la même chose : Papa aurait raison.
« - Sache bien, dit celui-ci, que les sorts et techniques ce n’est pas une parti de plaisir à apprendre…
- Je suis motivé ! Protesta le garçon. Je ne veux pas attendre comme tous les autres enfants du village ! Je sais très bien de quoi je suis capable !
- Nous verrons ça plus tard Akira, dit calmement le père, pour l’instant viens manger un morceaux, ça serait bête de mourir de faim le jour de ton anniversaire ! »
Ce soudain changement de sujet entretenait les doutes d’Akira, pourquoi son père ne voulait-il pas l’initier aux sorts magiques ? Même les plus simples ?

Il englouti son petit déjeuner, déterminé à reprendre le débat. Il ne voulait pas attendre d’aller à la caserne du village pour apprendre les sorts. Tous les autres garçons auront déjà essayer sauf lui !
Il s’apprêta à prendre la parole quand quelqu’un cria dans son jardin.
« Monsieur Etuwan ! Monsieur Etuwan ! ».
Akira entendit son père sortir de la maison, claquant la porte en bois derrière lui. Le garçon entrouvrit la fenêtre pour entendre la discussion.
Une tout petit garçon, tout essoufflé – sans doute avait-il courut – s’agitait en disant au père d’Akira d’une voie qui trahissait sa peur :
« Des démons ! Ici ! A Amakna ! Je voulais vous prévenir ! »
Un homme accourut alors à la suite du garçon qui s’en allait maintenant, Akira le reconnu aussitôt : c’était le meilleur ami de son père, Stan s’appelait-il.
« - Elorie ! Ah par Iop, tu es là !
- Mais bon sang que se passe-t-il ? demanda Elorie agacé.
- Il faut que tu t’en ailles ! S’écria Stan. Des démons sont arrivés ! Ils disent qu’ils te cherchent ! »
Un lourd silence s’installa. Elorie semblait murmurer pour lui-même : « Des démons… comment on-t-il su ?... »
Akira se précipita dehors, sautant par la fenêtre entrouverte.
« Papa ! »
Elorie eu une expression d’horreur sur son visage.
« Non Akira ! Retourne à l’intérieur ! s’écria-t-il.
- Mais…
-Pas de « mais » c’est grave Akira ! Dépêche-toi ! »
Tout ce passa en un éclair. Une masse rouge atterrissa à proximité d’Elorie, projetant Stan plus loin qui s’écroula sur le sol. L’homme aux ailes terrifiantes se retourna vers le père d’Akira, qui n’avait pas bougé d’un pouce, si ce n’est pour se protéger de la poussière qu’avait projeté le démon.
« Tu es Elorie Etuwan ?
- Que lui veux-tu ? dit le père d’Akira rassemblant tout son sang froid.
- Oui c’est toi… murmura le démon après un moment, l’aura céleste qui t’entoure te trahie. »
Akira n’en croyais pas ses yeux ni ses oreilles, il n’avait jamais vu un démon que en dessin dans des livres. Et que voulait-il dire par aura céleste ?
Le silence dura.
« Où sont-elles ? demanda soudainement le démon.
- Quoi donc ? demanda calmement Elorie.
- Ne fais pas semblant ! Rugit le démon.
- Je ne vois pas de quoi tu veux parler…
- Je parle des dagues que tu as forgées ! Cria le démon, de ton chef d’œuvre ! L’incarnation des armes du Dieu Sram à Amakna ! Les Dagues Cruelles !
Le silence reprit de plus belle.
« Si tu nie encore savoir où elles se trouvent… »
Elorie recula d’un pas. Le démon avait plongé sa main dans sa poche. Le père se mit en garde.
« J’ai sué sang et eau pour parvenir à créer les dagues suprêmes, et je ne les laisserai pas à un démon ! »
Elorie se concentra, comme s’il avait soudainement envie de péter. Une lueur blanche apparut derrière son dos…
Akira resta ébahie devant ce spectacle. De magnifiques ailes lumineuses aux plumes blanches se dressèrent sur le dos de son père.
« Je suis un ange et je défendrai mes convictions ! »
Le démon s’esclaffa.
« Ca te va bien de dire ça pour quelqu’un qui a passé 17 ans dans un trou, hors de conflits…
- J’avais mes raisons !
- Et c’est lui « tes raisons » ? demanda le démon avec un sourire en montrant d’un bref signe de tête Akira.
- N’ose même pas lui toucher un seul de ses cheveux… »
Les deux se fusillaient à présent du regard, attendant le moindre signe offensif de l’adversaire. Quand dit soudain Elorie : « Je connais ces ailes…
- Ah je me demandais quand allais tu les reconnaître, dit le démon.
- Impossible, murmura le père, je t’ai tué…
- Non. »
Ce simple mot sorti de la bouche du démon.
« Tu as tué mon père il y a 20 ans, ravi que tu t’en souvienne…
- Donc tu es…
- Malle Autruh, fils de Autruh Ducu.
- Oui je m’en souviens… c’était un Sram ton père n’est ce pas ? Tout comme toi… Oui… quelle dérouillée je lui ai mit à celui-la…
- Ne sali pas la mémoire de mon père ! Rugit le démon. Je te l’interdis !
- Tu es fier d’être le fils de ce bon à rien ? Pitoyable…
- Attaque Mortelle !
Un nuage gris foncé apparut deux mètres au-dessus de la tête d’Elorie, qui eu juste le temps de s’écrier : « Tanière des roches ! » et disparut dans un volute de fumée claire. Une fraction de seconde plus tard, un éclair aussi gris que le nuage s’abattis à l’endroit où se trouvais Elorie un instant auparavant.
« Tu ne peux pas me vaincre Malle, c’est impossible… »
La voix du père d’Akira semblait résonnait dans le jardin.
« Pff.. tu crois vraiment m’avoir avec ça ? Repérage ! »
Et dans un nouveau nuage de fumée, Elorie apparut quelques mètres derrière Malle. Celui-ci ce retourna mais…
« Trop tard ! Pelle massacrante ! »
Aussitôt, une immense pelle orange et dorée se matérialisa dans les airs, aveuglant par son reflet du soleil les combattants, et s’abattit sur le démon, prit de vitesse.
Elorie s’approcha de la dépouille de son adversaire mais ne semblait en aucun cas content. De grosses gouttes de sueur ruisselaient sur son visage essoufflé et fatigué, il n’était plus aussi jeune que dans le temps.
« Papa ! Tu as réussis ! »
Akira courut vers son père mais s’arrêta net lorsque celui-ci cria :
« Je croyais t’avoir dit de rentrer c’est dangereux ici ! »
Etait-ce la colère ou la haine qui donnait à son père une voix aussi bizarre, Akira n’en savait rien.
« Mais c’est fini, non ? »
Akira avait des tas de chose à lui demander. Pourquoi ne lui avait-il pas dit qu’il était un ange et qu’il se battait aussi bien ? Lui qui le prenait pour le forgeron du coin.
« Non ce n’est pas fini…ce n’était qu’un double…
- Quoi ?
- Alors tu as fini de faire mu muse avec mon clone ? S’éleva une voix derrière lui.
Elorie se retourna. Malle se trouvait là, indemne, un large sourire aux lèvres.
« Tu pensais vraiment te débarrasser de moi si facilement ? »
Akira eu une expression d’horreur, quand avait-il ?
« C’était trop facile à mon goût en effet… murmura Elorie, tu es plus agile que ton père si ça peut te rassurer.
- Je t’interdis de parler de mon père ! Aboya le démon. »
Malle dégaina des dagues sanglantes de leurs fourreaux et se mit en garde.
« Moi et mes Dagues du Bouwin allons t’apprendre la vie, vieille croûte !
- Combien de temps je ne l’ai pas utilisé… murmura calmement Elorie.
- Qu’est ce que tu chante ? »
Elorie resta quelques instant debout immobile, un sourire narquois aux lèvres. Il prit enfin la pelle qui était accrochée à sa ceinture. Akira ne l’avait vu seulement lorsque son père creusait… jamais il n’aurait imaginé à quel point cette arme est dévastatrice.
« Si tu m’apprend la vie, démon, alors je t’appendrai la mort ! »
Malle se rua sur Elorie et lui asséna de grand coup de dagues parés par la pelle du père d’Akira. Celui-ci contra en faisant virevolter sa pelle mais le démon esquiva.
Il esquiva aussi les plusieurs attaques qui s’ensuivirent et Akira restait bouche bée devant tant d’agilité.
« Tu es vraiment rapide, dit Elorie essoufflé par ces vaines offensives.
- Tu as donc compris à quel point tu n’as aucune chance ! Dis moi où sont les Dagues Cruelles et j’épargnerai peut être la vie du garçon. »
Un silence s’ensuivit où seul persistait la respiration haletante d’Elorie.
« Tu n’imaginais tout de même pas que je te laisserai en vie après ce que tu as fais à mon père ? dit Malle en souriant.
- N’imagine même pas poser tes sales pattes de démons sur Akira ! Répliqua Elorie.
- Et qui m’en empêchera ? Toi ? »
Il éclata de rire.
« Tu es lamentable, repris le démon, tu as perdu tout tes réflexes d’antan et tu es incapable de me toucher et tu oses encore me faire des menaces ? »
Akira rageait de voir cette situation. Il venait de découvrir un père puissant et redouté, et le voici maintenant dans une mauvaise posture.
« Allons dis moi où sont les…
- Stan ! s’écria soudainement Elorie. Tu sais quoi faire ! »
Aussitôt Akira sentit une étreinte sur son bras droit et quelqu’un le força à courir dans la direction opposée vers la maison. Il eu juste le temps de voir Malle courir vers lui mais Elorie lui barra la route.
« A nous deux maintenant, démon »

Stan claqua la porte d’entrée derrière lui tenant toujours Akira de son autre main et l’entraîna dans le salon.
« On doit y retourner ! s’écria Akira. Il a besoin d’aide ! Mon père va se faire tuer !
- Suis moi. Ne t’inquiète pas, Elorie est un dur à cuire.
Stan enleva le tapis du plancher et laissa apparaître une trappe sur le sol.
« Suis moi, répéta Stan.
- Qu’est ce que… commença Akira
- Tu connaissais cet endroit ? C’est le bureau de ton père, dit Stan en soulevant la trappe, allons passe le premier le temps presse ! »
Akira s’engagea sur l’échelle qui se présentait et la descendit rapidement, jamais il n’avait entendu parler de cette pièce sous la maison.
Celle-ci était petite, très faiblement éclairée, ou s’étalaient sur les murs des armoires remplies d’armes ou de livres. Il y avait aussi un bureau au centre de la pièce.
« C’est là qu’Elorie range toutes les armes dont il ne veux pas qu’on connaisse l’existence…
- Et parmi elles…
- Oui. Le chef d’œuvre de ton père. Les Dagues Cruelles d’Elorie Etuwan »
Stan se baissa et ramassa un coffre poussiéreux sur le sol qu’il posa sur le bureau. Il l’ouvrit et en sorti deux dagues magnifiques.
« Tu sais les utiliser ? demanda avidement Akira.
- Moi ? répondit Stan avec un sourire, tu rigoles j’espère. »
Et il lui tendit les dagues.
« Que… Quoi… balbutia Akira.
- Elorie voulait que s’il lui arrivait quelque chose, je te les remette. Elles te reviennent de droit.
- Mais mon père…
- Ah oui ton « père »… coupa Stan. Akira, tu doit apprendre la vérité je pense avant de partir, tu ne t’ai jamais demandé pourquoi Elorie ne voulait pas d’initier aux sorts ? Pourquoi tu étais grand alors que lui est minuscule ?
- Et bien si…
- Tu n’es pas un Enutrof Akira, tu es un Sacrieur. »
Akira n’en croyais pas ses oreilles.
« Non… c’est impossible… les Enutrofs ne peuvent mettre au monde des Sacrieurs…
- Oui, tu as parfaitement raison. Elorie n’est pas ton véritable père.
C’en était trop. Akira se laissa tomber sur la chaise du bureau.
Quelle journée ! Alors tout ce qu’avait raconté Elorie n’était que mensonge, Akira n’en revenait pas, on lui avait menti tout du long de sa vie.
- Ton véritable père, reprit Stan, est mort en 636 lors de la Bataille des Brigandins contre les démons, Elorie et lui était alors comme des frères à cette époque… seulement ton père est mort et Elorie a survécue. Il s’est alors juré de ne plus fouler un champs de bataille et de s’occuper de toi. Et oui, dit-il devant l’air surpris du jeune garçon, c’est la culpabilité du survivant, Elorie pense qu’il aurait dû mourir à la place de ton père, lui avait un enfant à élever disait-il…
Akira ne disait rien. Il avalait les informations une par une, buvait chacune des paroles de Stan. Sa perplexité laissa place à la curiosité.
- Elorie a donc quitté les rangs des Protecteurs de Bonta et est parti se faire oublier dans cette contrée, à Amakna. Mais il ne savait pas qu’il avait un véritable don pour la forge et la forge magie, ce qu’il a découvert en créant des armes de plus en plus puissante, jusqu’à… »
Stan montra d’un signe de tête les Dagues Cruelles.
« Jusqu’à ce qu’il créa ces monstres, acheva Stan.
- Elles sont si puissantes que ça ? demanda enfin Akira.
- Tu n’as même pas idée… Mais pour l’instant personne n’est parvenu à les maîtriser correctement, Elorie pense qu’elles attendent leur porteur… »
Akira observa mieux les dagues. Elles étaient incrustées de pierres précieuses et il n’avait jamais vu des lames si bien aiguisées, pourtant, apparemment elles étaient restées très longtemps sans utilisation…
Le bruit qui cassa le silence indiqua que les deux dehors se battaient toujours.
« Tu doit t’enfuir Akira ! repris précipitamment Stan. Va jusqu’à Astrub au nord, et cache toi, ne parle jamais des dagues ! Demande à parler à Ganymède, c’est un sage, un ami à moi, tu peux lui faire confiance.
- Une minute ! dit le garçon, comment je m’appelle ? »
Stan prit une profonde inspiration.
« Tu t’appelle Brown, dit-il enfin, Akira Brown, fils de James Brown. »

Une fois qu’ils eurent remonté l’échelle ils se précipitèrent dans la cuisine pour sortir par la porte de derrière. Toutes les informations dansaient dans la tête d’Akira. Peu importe qui était son véritable père, Akira respectait Elorie pour tout ce qu’il avait fait pour lui.
Ils sortirent en hâte de la maison et coururent jusqu’au bord de la falaise.
« Il y a un sentier qui part par là et qui débouche en bas de la falaise, prend le Akira ! »
Il aurait préféré ne jamais avoir à empreinter ce sentier dangereux mais les circonstances ne lui laissèrent guère le choix.
Quand tout à coup une voix déchira le silence :
« Flèche explosive ! »
Akira eu tout juste le temps de voir une explosion et ne put entendre ce qu’avait prononcé Stan pour y résister.
« Ton armure te sauve Féca ! dit le démon en atterrissant à une bonne distance d’eux. »
Le démon était bien plus petit et plus jeune que l’adversaire d’Elorie et ces ailes rouge sang étaient bien moins impressionnantes.
« Qui es-tu ? Cria Stan.
- Je me nomme Hyoten, et je suis très intéressé par ce que porte le gamin.
- Tu ne les auras jamais ! s’écria Akira.
- Allons petit, donne les moi et je te laisserai la vie sauve, promis ! dit le démon d’un ton niaiseux. »
Akira ne répondit pas. Son seul regard furieux suffit à faire comprendre sa détermination.
« Et bien c’est simple je les prendre par la force ! répliqua Hyoten. »
Il tendit un arc monstrueusement grand vers Akira et celui-ci n’eu pas le temps de se demander comment il arrivait à le magner, tout se passa en un éclair, Hyoten s’écria :
« Flèche magique !
- Non ! Cria Stan. Immunité ! »
La flèche bleue clair fusa sur Akira mais celui-ci ne senti aucune douleur : un bouclier avait paré la flèche.
« Flèche Ralentissante ! dit Hyoten tendant cette fois son arc vers Stan.
- Armure Aqueuse ! »
Une grosse flèche bleue cette fois s’abattit sur Stan, mais qui fut protégé par une armure constituée de minuscules bulles autour de lui.
« Téléportation ! »
Stan se retrouva tout près du démon qui avait gardé ses distances.
« Prend ça, sale Crâ ! Glyphe enflammé ! »
L’herbe verte autour de Hyoten commença à fumer aussitôt et prit immédiatement feu. Le démon échappa un cri de douleur et s’envola en battant puissamment de ses ailes. Stan le prit en chasse courant à son niveau, esquivant ou se protégeant des flèches que lui balançait le démon.
Oubliant totalement qu’il devait s’échapper, Akira les suivit à bonne distance observant l’affrontement d’un œil impressionné.
Ils arrivèrent à l’avant de la maison ; Akira étouffa un cri de surprise. Le gazon du jardin était un véritable champ de bataille, des cratères étaient creusés dans le sol, les fleurs étaient carbonisées, renversées… à certains endroits un feu brûlait. Il aperçut Elorie et Malle toujours en proie à un féroce combat. Tout deux étaient gravement blessés et épuisés.
« Hyoten qu’est ce que tu fout là ! Rugit Malle. Tu devais t’occuper des dagues !
- On a un gêneur en plus ! répliqua celui-ci. »
Elorie se retourna et aperçu Akira. Il eu un sourire en voyant qu’il portait dans ces mains les Dagues Cruelles.
« Tu as baissé ta garde Etuwan, crève ! Pulsion de chakra ! Attaque mortelle ! »
Le même nuage que tout à l’heure apparut au dessus de la tête d’Elorie, mais en beaucoup plus gros cette fois. Une ombre immense recouvrait l’Enutrof. Celui-ci se retourna mais ne para pas : il souriait toujours.
Puis l’éclair s’abattit et projeta Elorie deux mètres plus loin, le corps inerte, le regard dans le vide.
« NOOOOOOONNN ! Hurla Akira.
Elorie ne bougeait plus, c’était fini.
Akira sentit qu’on l’empoigna violement et qu’on le tira en arrière : Stan était revenu. Il l’entraîna vers le bord de la falaise où ils étaient quelques instants auparavant.
« Tu dois t’enfuir Akira, vite ! »
Et il poussa Akira vers le sentier, le forçant à l’empreinter.
« Dépêche toi ! Et ne te retourne pas ! »
Akira s’exécuta tandis que Stan fit demi-tour. Peu après, Akira n’entendait plus que les sorts qu’utilisaient les combattants. La seule chose qu’il pouvait faire, c’est respecter la dernière volonté d’Elorie, son père qui que ce soit : il fallait mettre les dagues à l’abri.
« Glyphe d’immobilisation !
- Flèche de Recul !
- Armure Venteuse ! »
Akira entendit le bruit de quelqu’un qui glisse, puis une longue chute pour enfin entendre le bruit d’un écrasement sur le sol, une dizaine de mètres plus bas. Stan était tombé.
Akira se cacha sous un surplomb de pierre et entendit des voix au dessus de sa tête.
« Même ses armures ne l’auraient pas sauvé d’une telle chute.
- Hyoten ! Comment peux tu t’en réjouir ? Aboya Malle. Nous n’avons pas les dagues, le petit nous a échappé !
- Nous avons eu affaire à forte partie aussi, et toi tu as eu ta vengeance non ? Ce n’est pas ce qui t’intéressait ? »
Malle ne répondit pas.
« Allons, rentrons à Brakmar, j’ai deux potions, tiens. »
Un bruit étrange se fit entendre, et Akira sut qu’ils étaient partis.
Il dévala le sentier à toute vitesse et se retrouva en bas de la falaise. Il aperçu un corps plus loin et courut en sa direction. Il tomba à genoux devant le corps inerte de Stan. Un petit cratère figurait en dessous de lui, signifiant qu’il avait dut user d’une armure, Hyoten avait raison : cela ne l’avait pas sauvé.
Akira se releva. Il n’y avait plus qu’une chose a faire : mettre les dagues en sûreté au près du sage Ganymède, à Astrub.

Le jeune homme surpris des larmes ruisseler sur ces joues. Il regarda successivement le haut de la falaise où était le corps de son faux père et Stan. Il leva les yeux vers le ciel, empoigna fermement les Dagues Cruelles d’Elorie Etuwan et jura sur la déesse Eniripsa, qu’il ne verserait pas sa dernière goutte de sang de Sacrieur avant d’avoir exterminer le dernier des démons.


-- fin du chapitre 1 --


Voili voilou, merci à ceux qui ont lu et si vous pouviez me dire ce que vous en pensez ? merchi ^^
Revenir en haut
Athenis
Bras Droit

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2007
Messages: 160
Pseudo: Athenis
Classe: Eniripsa

MessagePosté le: Mar 4 Sep - 22:56 (2007)    Sujet du message: L'histoire d'une famille, les Brown. Répondre en citant

J'ai tout lu en entier.


Waw *_*

rien à dire, la suite?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
The Pouf
Bras Droit

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2007
Messages: 106
Pseudo: Mino-Thor
Classe: Iop

MessagePosté le: Mer 12 Sep - 14:07 (2007)    Sujet du message: L'histoire d'une famille, les Brown. Répondre en citant

J'ai enfin terminé et j'aime vraiment beaucoup Mr. Green Okay
Moi zaussi ,je veux la suite ^^
(même si ca doit te prendre plus de 5 mins a faire vu le premier chapitre ^^ Mort de Rire )
_________________
J'aime pas les signatures, donc j'en mets jamais.
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:49 (2018)    Sujet du message: L'histoire d'une famille, les Brown.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Dofus -> La salle des rêves Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com